menu

Aux origines de l’habillement existait une pièce portée par tous : la chemise. Elle se définit comme un vêtement masculin qui couvre le buste, boutonnée devant, avec des manches et avec un col ou pied de col. Mais, elle n’a pas toujours eu la même représentation. La chemise comme on la connaît se rapproche peu de celle des origines. Elle a en effet subi quelques modifications au cours des siècles.

La tunique, l'ancêtre de la chemise

La plus ancienne chemise conservée date de l’Antiquité (vers 3 000 avant J-C). A l’époque, on ne parle pas de chemise mais plutôt de tunique. Elle était composée de deux manches et d’une couture latérale. La tunique était généralement faite de lin, de laine ou encore de soie.

Tunique Geogres Poncet, l'ancêtre de la chemise
© 2001 Musée du Louvre / Georges Poncet
Tunique en lin datant de la fin de la XIème dynastie égyptienne (-2033 - -1862)

Plus tard, au Vème siècle, la tunique ne doit pas être vue, elle devient la camisia. C’est un vêtement qui n’est pas fait pour être élégant puisqu’il n’avait ni forme ni dimension précise. Cependant, il était fait pour protéger la peau des habits rugueux que l’on pouvait porter à l’époque. La camisia servait donc de sous-vêtements.

Par la suite, la tunique des Perses est ramenée en Europe par les croisés. La tunique se compose de manches qui sont coupées puis cousues au niveau des poignets. Elles ne descendent plus comme les précédentes tuniques mais sont portées court par les hommes. Ce qui amorce la transformation de la tunique vers la chemise.

Une utilisation qui évolue au fil des années

Un sous-vêtement

Au Moyen-Age, la chemise n’avait pas encore cet aspect très propre et raffiné tel qu’on peut le voir de nos jours. Les chemises étaient faites de lin ou de laine, des matières premières très résistantes. Ainsi, elles pouvaient être lavées et bouillies régulièrement, la question de l’hygiène étant importante aux XIIIème et XIVème siècles.

C’est à cette période que les chemises semi-boutonnées apparaissent : elles étaient boutonnées uniquement au-dessus de la poitrine, et revêtaient un symbole. En effet, plus la chemise était longue et plus son propriétaire était fortuné.

Un signe de distinction sociale

Au XVème siècle, la chemise qui auparavant n’était qu’un sous-vêtement, devient à la mode et doit être visible. Les matières nobles comme la soie prennent le pas sur les matières grossières que sont la laine et le lin. La chemise s’affine et le col est ajouté.

La blancheur de la chemise est mise en avant par l’encolure dégagée. La chemise devient désormais un signe de distinction sociale.

Au siècle suivant, le style du col et des poignets des chemises s’alourdit de dentelle, de broderie et de boutons. Le statut social transparaît par l’ornement de la chemise.

Bobinoir au tissage de la plainelière
Bobinoir aux tissages de la plainelière

Une segmentation entre hommes et femmes

Peu à peu les boutonnières se développent et avec elles la différence entre les articles féminins et masculins. Ainsi, la boutonnière est à droite chez les hommes, tandis qu’elle est à gauche chez les femmes. Au XVIIème siècle, les femmes de haut rang se faisaient habiller par des servantes et la boutonnière en étant à gauche, leur facilitait le travail.

Au XVIIIème siècle, les hommes portent des chemises avec des poignets en dentelle et agrémentée d’un jabot blanc. Lorsque Napoléon arrive au pouvoir, au début du XIXème siècle, la chemise se cache, seuls les poignets et les cols peuvent apparaître. Elle devient également plus longue, et le col est relevé en pointe maintenue par une cravate.

Un secteur en mouvement constant

L’apparition du métier de tailleur, la chemise comme élément de distinction

C’est au XVIIème siècle qu’apparaît le service de tailleur. Les chemises sont alors coupées et cousues à la main. Le tailleur y incorpore des éléments luxueux et la chemise maintenant sur mesure est un gage de bon goût et de réussite.

Hannah Montague, une américaine qui vivait à New York en 1820, démontait les cols des chemises de son mari pour les laver à part. Ainsi, son époux donnait toujours l’impression de porter une chemise propre. A partir de cette idée Madame Montague dépose un brevet en 1927 et démarre une activité de fabrication de cols amovibles. Rapidement le succès vient et l’activité se développe.

Des sociétés concurrentes ouvrent et bientôt apparaissent à leur tour les poignets amovibles… Au début du 20ème siècle, la fabrication de cols et poignets et la blanchisserie associée sont une industrie à part entière. Les produits de cette industrie sont destinés avant tout aux classes aisées. Les cols blancs se distinguaient des cols bleus des ouvriers.

Logo qualité de france

La création des tailles standards, vers une production de masse

En 1850, par le biais d’un brevet, la maison Brown, Davis & Co of Aldermanbury invente une chemise faite en série. Au début du XIXème siècle les vêtements et plus particulièrement les chemises étaient réalisés par des tailleurs et couturières dispersés à travers le pays. La révolution industrielle rassemble ces ouvriers par savoir-faire dans des ateliers spécialisés.

La conception, la coupe et le repassage de la chemise sont regroupés et réalisés au sein d’une même unité, la couture reste séparée et est sous-traitée par d’autres entreprises. Grâce à ces nouvelles organisations, les capacités de fabrication augmentent et le vêtement se démocratise progressivement.

Au début du XXème siècle, la première guerre mondiale marque un tournant. Pour habiller rapidement et économiquement ses soldats, l’armée américaine développe un système de tailles standards du vêtement. Cette rationalisation permet d’augmenter la production et d’en baisser les coûts, les entreprises adoptant ces méthodes sont appelées “confection”.

Métier à tisser
Un métier à tisser à la plainelière de Courlay

L’industrialisation du secteur

Entre les deux guerres, les américains, friands de la mode Parisienne, importent massivement les vêtements à la française. La Seconde Guerre mondiale suspend les échanges entre les Etats-Unis et l’Europe et plus particulièrement l’approvisionnement nord-américain en couture parisienne.

Les Etats-Unis doivent alors produire eux-mêmes massivement des vêtements de travail et des uniformes. L’industrialisation combinée à la standardisation des tailles leur permet de ne plus dépendre de Paris et bientôt, les confectionneurs de vêtements décident de faire des vêtements plus simples, moins chers, dont la production est plus rapide. Cette méthode, nommée “Ready to wear” influencera considérablement la mode française au sortir de la guerre.

Un accès facile aux équipements de travail

Dès la fin des hostilités, Albert Lempereur président de la Fédération de l’industrie des vêtements féminins sensibilise la presse et les confectionneurs Français aux méthodes américaines.

Peu à peu les principes du “Ready to Wear” s’imposent en France. La société Parisienne Weill démocratise la notion de “Vêtement qui va” et initie en France la notion de prêt à porter. Le prêt à porter concerne bientôt toutes les typologies de vêtements. Il désigne progressivement la notion de vêtements faits en série, avec un système de taille et portant une étiquette de marque.

On trouvera rapidement, du prêt-à-porter de création, du prêt-à-porter de couturier, du prêt-à-porter pour les ouvriers. Toutes les phases de conception du vêtement sont regroupées dans des unités de production. Les vêtements de qualité inspirés par la mode deviennent alors plus accessibles.

Les débuts du vêtement qui dure

Dès 1927, la manufacture Kidur fabrique en France des tissus de très bonne qualité, solides et qui résistent à l’usure. Connus dans un premier temps, pour leurs tissus qui durent, les fondateurs Juste Lucain Husseau et René Moynaton déposent la marque Kidur en 1935.

Kidur, c’est à l’époque des tissus destinés au monde du travail, à la fabrication de vêtements ouvriers, des tissus épais et robustes dont la couleur ne passe pas, des sergés et des moleskines faits en France. Les ouvriers avaient besoin pour travailler de vêtements peu chers mais résistants et de bonne qualité. Afin d’améliorer leurs conditions de travail, les vêtements devaient également les protéger des dangers dus aux machines mais aussi de la salissure.

Ancien logo Kidur

La chemise, vêtement ouvrier incontournable

Les vêtements de travail devaient par ailleurs être protecteurs, confortables, fonctionnels et adaptés aux différents environnements. Dès 1945 grâce à la création d’une confection jumelée aux tissages de la Plainelière, la manufacture Kidur emploie ses savoir-faire et utilise ses tissus robustes et durables pour proposer aux ouvriers des usines et des champs des vêtements de qualité.

Dans un premier temps Kidur se fera connaître pour ses chemises, ensuite pour un vestiaire complet de vêtements durables. La qualité de fabrication, la solidité des tissus et la grande tenue des couleurs confèrent aux vêtements Kidur une durabilité exemplaire. Dès l’origine de la marque, Kidur assure son engagement grâce au slogan “Kidur, résiste à l’usure”

Un camion Kidur
Dans les années 60, la manufacture Kidur allait à la rencontre de ses clients en parcourant la campagne via ses représentants et leurs camions réputés !

De vêtements de travail à ceux de la vie quotidienne

La période qui suit la libération voit le workwear et le military clothing américain se diffuser grandement dans la mode française. La manufacture Kidur intègre progressivement ces tendances dans ses collections. Le vêtement ouvrier français traditionnel évolue en combinant le meilleur des deux univers. Le style Kidur puise ses origines dans cette hybridation entre fonctionnalité, durabilité et élégance.

une ambition qui dure

Pendant plus d’un demi-siècle, la manufacture Kidur a habillé les travailleurs de toutes les usines du pays et sa qualité et son savoir-faire étaient reconnus par tous. Kidur était la référence du vêtement qui résiste à l’usure.

Plus tard, comme tant d’autres, la manufacture a été surprise par l’arrivée sur le marché des fringues jetables venues de l’autre bout du monde. Ne pouvant lutter, la manufacture s’est recentrée sur ce qu’elle faisait de mieux, à savoir la fabrication, mais pour les autres cette fois.

Elle a laissé sa marque historique, ce petit bout de patrimoine dormir au fond d’un placard en attendant que la notion de consommer durable, responsable et local redevienne un critère de choix.
En 2018, sentant le vent tourner, elle a relancé la machine. Kidur a fait peau neuve à travers une collection intemporelle en accord avec ses origines, une collection plus large de vêtements indémodables, toujours aussi solides, et toujours fabriqués à Courlay, en France, dans l’usine historique.

Livraison et retour

trait-rouge-sous-titre

Expédition des commandes

trait-rouge-sous-titre

Les commandes d’articles Kidur sont traitées, préparées et expédiées depuis la Manufacture. Nous confions la livraison de vos commandes au service Colissimo de La Poste

Expédition des commandes

trait-rouge-sous-titre
Pour les commandes de produits Kidur en stock. Le délai de livraison est de 2 à 3 jours ouvrés après le jour d’expédition des produits par nos services. Pour les commandes de produits personnalisés. Le délai de livraison de 2 à 3 jours ouvrés sera à ajouter au délai fourni par notre service client pour la fabrication de vos articles.

Frais de livraison

trait-rouge-sous-titre

La livraison est offerte à partir de 140€ d’achat.
Autrement, une participation de 7€50 vous sera demandée.
Vous pouvez aussi retirer votre commande directement à la manufacture et ainsi découvrir notre atelier.

Frais de retour

trait-rouge-sous-titre
Vous avez la possibilité de retourner, contre une demande d’échange ou de remboursement, tout produit non porté et non lavé commandé sur le site kidur.fr dans les trente jours à compter de la date de la livraison. Les produits retournés devront être accompagnés de l’original ou d’une copie de la facture d’achat. Kidur prend en charge les frais de retour et/ou d’échange, pour cela merci d’employer l’outil de suivi de retour prévu à cet effet.